Notre page FACEBOOK: 

https://www.facebook.com/soslevriers1

Aider nous
Aider nous

Qui peut adopter un de nous? Nous ne voulons pas rester ici.

Galgos enfermés (Cadiz)

Refuge Pedro Munoz
Refuge Pedro Munoz

Chenilles processionnaires

Chenilles processionnaires : un redoutable ennemi pour les chiens et les chats

Dès la fin de l’hiver, les chenilles processionnaires, qui ont tissé leur nid de soie, représentent un grand danger, tant pour l’homme que pour le chien et le chat ; sur les arbres où elles ont élu domicile, elles causent également d’importants dégâts.

 

Les conifères sont leurs arbres de prédilection.

Les chenilles processionnaires ont peu de prédateurs.

Lorsque que l’on est propriétaire et que sur son terrain on découvre la présence de nids dans les arbres, le propriétaire devra alors s’en charger lui-même à les détruire.

 

C’est lorsqu’elles descendent de leur nid, en mars-avril (parfois plus tôt lorsqu’il fait plus doux), que les chenilles processionnaires sont le plus à redouter pour nos compagnons. Les chiens (particulièrement les chiots) et les chats sont toujours curieux. S’ils s’en approchent pour les renifler et, pire, pour les avaler, les conséquences peuvent être désastreuses.

Une urgence vétérinaire

Le symptôme le plus probant est une atteinte de la cavité buccale. La langue se met à enfler (cela peut prendre plusieurs heures), puis elle se nécrose. Des troubles oculaires peuvent aussi être observés, tout comme le chien ou le chat peut se mettre à baver. Lorsque l’on ouvre la gueule de l’animal, on peut apercevoir que sa langue (ou une partie) est comme grise et/ou ulcérée.

Autant dire qu’il s’agit d’une urgence vétérinaire et qu’il ne faut pas perdre une seconde pour consulter.

 

Si l’on ne se rend pas compte rapidement que le chien ou le chat est atteint, la nécrose peut provoquer la perte de toute ou partie de la langue, ce qui empêche par la suite l’animal de s’alimenter ou de boire.